Grille de lecture

20 mai 2019

Quand l'avion de combat F-35 s'exporte trop bien

Israël a annoncé, lundi 28 août, la commande de 17 F-35 supplémentaires. Le pays a donc commandé un total de 50 avions de chasse à Lockheed Martin. L'entreprise américaine a vendu un total de 711 avions à onze pays autres que les Etats-Unis, qui en ont commandés 2 456. Les plus gros acheteurs sont le Royaume-Uni (138), la Turquie (100) et l'Australie (100), selon Lockheed Martin. Viennent compléter cette liste : le Canada (65), l'Italie (60), la Norvège (52), le Japon (42), la Corée du Sud (40), les Pays-Bas (37), et le Danemark (27). En comparaison, le Rafale construit par Dassault Aviation, pour l'instant, n'a été vendu à l'export qu'à l'Egypte (24), au Qatar (24) et à l'Inde (36). En s'exportant aussi bien, l'avion de chasse américain développé depuis 2001 par Lockheed Martin inquiète au sein de l'armée française. Peur que la France soit "surclassée" au plan militaire Tout d'abord la France craint d'être surclassée militairement parlant. En audition à l'Assemblée nationale le 19 juillet, le chef d'état-major de l'armée de l'Air française, le général André Lanata a déclaré : "Le F-35 va constituer rapidement un standard de référence dans les armées de l'air mondiales, pas uniquement aux États-Unis mais aussi chez nos principaux partenaires. Que l'on soit surclassé par les États-Unis n'est pas surprenant, que l'on commence à l'être par des partenaires équivalents est une autre affaire". En cause, deux atouts majeurs du F-35 : sa furtivité et sa connectivité. D'une part, l'avion de chasse développé par Lockheed Martin pourra s'approcher beaucoup plus près d'un objectif puisqu'il ne sera pas détecté par les radars actuels ou beaucoup plus tardivement. D'autre part, le général André Lanata mets en avant les capacités de connectivité du F-35 grâce auxquels l'avion de chasse "connecte massivement des informations avec les autres appareils du système de combat aérien". Crainte de la fin de l'industrie européenne Le général André Lanata craint de ne plus avoir la capacité de développer un nouvel avion de combat au niveau européen. Des pays comme le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas et le Danemark ont déjà passé commande auprès de Lockheed Martin pour se procurer le F-35. Ces derniers ne voudront donc probablement pas investir dans un nouvel avion de combat. La Belgique, la Finlande, l'Espagne, la Grèce, la Pologne, et la Roumanie pourraient venir compléter cette liste… "Il me semble intéressant de prendre une initiative avec l'Allemagne pour engager un dialogue, afin d'étudier les possibilités de coopération pour remplacer ensemble nos flottes d'avions de combat", a déclaré le général André Lanata devant l'Assemblée nationale. Le chef d'état-major de l'armée de l'Air, précise que la France et l'Allemagne disposent de capacités d'investissement pour développer un nouvel appareil. C'est effectivement le chemin que semble prendre les deux pays. Le 13 juillet, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont exprimé leur intention de concevoir ensemble un futur avion de combat pour succéder au Rafale de Dassault Aviation, l'Eurofighter coproduit par Airbus, l'italien Leonardo et le britannique BAE Systems et le Gripen du suédois Saab. Mais le chemin est encore long avant une quelconque planification industrielle. Pour plus d'informations, allez sur le site de ce vol en avion de chasse.

Posté par jcol2 à 14:06 - Permalien [#]

25 mars 2019

Là-haut et là-bas

Samedi dernier, alors que j'étais de passage à Lille, j'ai profité de mon temps libre pour m'essayer à une nouvelle activité : piloter un avion. J'ai donc volé à bord d'un Robin HR-200, un appareil pas trop compliqué à prendre en main. Et je dois dire que j'ai bien apprécié cette équipée aérienne que j'ai bien l'intention de réitérer prochainement. J'appréhendais un peu, car je pensais que piloter un avion soit dur, mais en fin de compte, c'était une vue de l'esprit. Preuve en est, on peut décrocher sa licence de pilote avant même d'avoir son permis voiture : c'est vous dire à quel point c'est faisable ! Et il y a deux raisons à ça. D'abord, c'est clairement plus simple que la voiture : après tout, il n'y a ni vitesses ni embrayage. Ensuite, il faut bien comprendre que en vol, on est seul dans le ciel ! Voilà pourquoi il est possible de passer son PPL à 15 ans. Depuis cette expérience, j'en suis cependant venu à me demander pour quelle raison je ne l'ai pas fait avant ça, alors que je suis captivé par tout ce qui vole. Pourquoi je l'ai fait alors que j'étais chez des amis ? Et ça se passe pour ainsi dire toujours ainsi. Je ne sais pas si ça vous fait pareil, mais c'est toujours lorsqu'on est loin de son maison qu'on ose le plus de choses. Ce qui est quand même dément, quand on y pense. Je ne sais pas pour quelle raison. Peut-être au fait qu'on sort du cadre habituel, et qu'on réanime d'une certaine manière notre sens de l'aventure. Mais à mon avis, c'est dommage. Je crois que je vais essayer de changer la donne en essayant des expériences inédites autour de chez moi. Casanier, sors de ce corps... :-) Pour ceux que ça tente, je vous mets en lien le site où j'ai déniché mon stage de pilotage d'avion à Lille, si l'aventure vous tente. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste reconnu de ce pilotage avion.

pilotage avion21654

Posté par jcol2 à 15:39 - Permalien [#]
22 mars 2019

Une affaire d’influence au moyen orient

Il a cherché à renforcer sa position isolée au sein de la Ligue arabe en misant sur une alliance tripartite avec l’Egypte de Mohamed Morsi ainsi qu’avec ce second «poids lourd» régional qu'est la Turquie de Recep Tayyip Erdogan. Mais à la suite du coup d’Etat égyptien, le nouvel émir Cheikh Tamin paraît prendre quelque distance avec les Frères musulmans. Cette différence d’approche de la crise égyptienne et cette rivalité se sont retrouvées dans le traitement de l’information qu’ont fait Al-Jazeera (pour le Qatar) et Al Arabiya (Emirats Arabes Unis) des manifestations et du coup militaire égyptien. L’Arabie saoudite a clairement annoncé qu’elle était prête à financer le nouveau pouvoir égyptien damant ainsi le pion aux Etats-Unis. «Comment le Qatar va-t-il réagir pour récupérer son influence? 3. Doha et Riyad sont unis contre le régime alaouite syrien, contre l'Iran et contre les chiites en général. VRAI & FAUX | Il y a eu un rapprochement effectif, une Union sacrée entre le Qatar et l'Arabie saoudite pour aider Bahrein lorsqu’en 2011 cet émirat a maté un important mouvement de contestation populaire et réprimé ses chiites. Idem contre l’Iran, dont la politique d'armement nucléaire et l'influence régionale inquiètent beaucoup les pays sunnites.

Posté par jcol2 à 08:24 - Permalien [#]
22 janvier 2019

Le Brexit et la fin du Royaume-Uni

La procrastination a peut-être son attrait en tant que tactique politique - mais le Parlement est néanmoins confronté à des choix difficiles s’il rejette l’accord de mai de la semaine prochaine. La tenue d’un deuxième référendum sur le Brexit, décrit par ses partisans comme étant le mouvement du vote populaire, a pris de l’ampleur depuis que 700 000 manifestants ont défilé devant le Parlement le mois dernier pour le soutenir. Jusqu'à présent, May a rejeté tous les appels en faveur d'un deuxième plébiscite en tant que tentative de "renverser la volonté du peuple britannique". Et le parti travailliste de l'opposition a jusqu'ici refusé de soutenir officiellement un Vote du peuple, insistant sur le fait que sa préférence nouvelle élection générale. Mais si la tentative du parti travailliste de renverser le gouvernement par une motion de censure échoue, le commandant en second du parti, John McDonnell, a déclaré la semaine dernière que le soutien du parti travailliste au vote du peuple deviendrait "inévitable". Mais même la deuxième option référendaire est sujette à controverse. Les sondages montrent que le résultat dépend fortement de la manière dont la question est formulée. Sur une droite "quitter" ou "Reste" question, "reste" gagne. Mais avec un référendum à trois voies entre l’accord de Theresa May, "rester" et "pas d’accord", c’est l’accord de mai qui l'emporte, selon Deltapoll. C’est pourquoi le magazine de tendance The Spectator, avec ses sources incomparables au sein du Parti conservateur, a commencé à suggérer que le vote du peuple pourrait être la moins mauvaise option de mai. "Si les Communes ne soutiennent pas son accord, alors le pays le fera peut-être", écrivait le rédacteur en chef politique James Forsyth la semaine dernière. "Un nombre croissant de Brexiteers de haut calibre sont optimistes sur le fait qu'ils pourraient gagner un référendum." D'autres parlementaires espèrent qu'avec plus de temps, un nouveau, meilleur accord pourra être négocié avec Bruxelles. En effet, de nombreux hauts prêtres de la campagne du Brexit de 2016 se sont toujours opposés au déclenchement de l'article 50 par May avant qu'un accord de sortie ne soit négocié - comparant cela à «mettre un pistolet dans la bouche et appuyer sur la gâchette», selon les mots mémorables de « partir », Dominic Cummings, directeur de campagne. De tels Brexiteers durs seraient suspendre le processus afin de poursuivre le marchandage - malgré l'insistance du président du Conseil européen, Donald Tusk, sur le fait que l'offre actuelle est «la meilleure possible, en fait la seule possible». Si cet accord est rejeté à la Chambre des communes, a déclaré Tusk en octobre, les seules options seraient «pas d’accord ou pas de Brexit du tout». Une chose est sûre: les semaines à venir verront une crise politique sans précédent depuis des décennies dans la politique britannique. Et si, comme cela semble probable, le processus du Brexit se traduira par un report de l'article 50 ou par un deuxième référendum, la crise se poursuivra pendant des mois alors que la Grande-Bretagne a du mal à se renverser ou à mettre en œuvre sa décision décisive de quitter l'UE en 2016. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste renommé de cet incentive à Londres.

Posté par jcol2 à 15:58 - Permalien [#]
08 janvier 2019

Facebook et l’abus des données personnelles

Les scandales se suivent et se ressemblent pour Facebook, encore une fois mis à l'index mardi soir pour les libéralités prises avec les données personnelles de ses utilisateurs. C'est une enquête du « New York Times » qui a ranimé les braises toujours rouges des critiques. Le quotidien américain a interrogé des dizaines de sources et consulté 270 pages de documentation interne à Facebook. Il en ressort de nouvelles accusations. Encore une fois, elles relèvent plus de la négligence de la part de Facebook que de la malveillance sur la question de la vie privée de ses clients. - ENQUÊTE - Zuckerberg l'ami perdu Aucune donnée vendue Selon l'enquête, Facebook aurait passé des accords avec plus de 150 entreprises pour leur donner des accès privilégiés aux données personnelles des utilisateurs du réseau social. Le « New York Times » précise bien que Facebook n'a pas enfreint sa règle d'or, martelée par Mark Zuckerberg : « Nous ne vendons aucune donnée et à personne. » Néanmoins, pour améliorer l'expérience et faire croître sa base d'utilisateurs, il a laissé de nombreux partenaires accéder à des données sensibles - parfois sans lien avec le service proposé et sans que cela soit clairement compréhensible à l'utilisateur. - En vue : Sheryl Sandberg, perte de face Un deal avec le russe Yandex Quand une personne se connectait avec son compte Facebook, Microsoft pouvait consulter la liste de ses amis. Amazon avait accès aux adresses mails et numéros de téléphone de centaines de millions de personnes qui n'en avaient pas la moindre idée. Netflix ou Spotify pouvaient lire le contenu des messages échangés sur Facebook. Yahoo! pouvait consulter les posts des amis. Même le géant russe de la recherche en ligne Yandex disposait d'un deal pour connaître les identifiants des utilisateurs. Ces accords ont perduré bien après 2014, quand Facebook a durci les conditions d'accès à ce type de données aux développeurs d'applications sur sa plate-forme. Certains étaient encore en vigueur pas plus tard que l'été dernier. Beaucoup des accès sont restés valides sans même que les entreprises bénéficiaires en soient conscientes. Dans un post de blog , Facebook a réagi aux révélations. Le groupe ne nie pas l'existence de tels accords, mais réfute l'idée que ses utilisateurs n'étaient pas avertis. « Nos partenaires d'intégration devaient recueillir la permission des gens. Vous deviez vous identifier avec votre compte Facebook pour utiliser l'intégration offerte par Apple, Amazon ou un autre partenaire », explique le groupe. A demi-mot, le géant reconnaît toutefois avoir failli en laissant des passerelles vers les données subsister même quand les services qu'elles étaient censées alimenter n'existaient plus. « Nous sommes au milieu d'une revue de toutes nos APIs [NDLR : les interfaces de programmation] et des partenaires qui peuvent y accéder », explique Facebook. Les scandales s'accumulent... Depuis neuf mois et les révélations sur l'entreprise Cambridge Analytica , déjà accusée d'avoir profité de la légèreté de Facebook pour détourner les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs sans leur consentement, l'histoire semble se répéter. Ces dernières semaines, le rythme n'a pas faibli : une faille a laissé les photos personnelles de millions d'utilisateurs de Facebook exposées, un rapport parlementaire américain a accusé la société d'avoir grandement sous-estimé les manipulations politiques russes sur sa plate-forme, un autre en Grande-Bretagne a déjà pointé les partages de données avec certaines entreprises... En Bourse, le calvaire de Facebook est mesurable. Le groupe a perdu plus de 400 milliards de dollars de capitalisation, soit près d'un tiers de sa valeur depuis son pic de l'été dernier. Les investisseurs regardent de près comment les dépenses de sécurité engagées par le groupe pour éteindre l'incendie jouent sur sa rentabilité. Ils scrutent aussi la progression de l'audience de 2,2 milliards d'utilisateurs de Facebook et son attrait auprès des annonceurs. Jusqu'ici, tout va bien. Les revenus sont en hausse de 40 % sur les neuf premiers mois de l'année, à 39 milliards de dollars. Et la monétisation croissante d'Instagram, de WhatsApp et de Messenger devrait redynamiser le groupe. Mais une question reste ouverte : le prochain scandale sera-t-il celui de trop ?

Posté par jcol2 à 08:48 - Permalien [#]

25 octobre 2018

Incentive automobile à LA

Lorsque vous essayez de trouver des camions, les petites annonces automobiles sont le choix le plus efficace pour l'achat d'une voiture. Il y a une tendance croissante à l'achat et à la vente de voitures et de camions en ligne et il existe des milliers de sites Internet classifiés pour ce type de véhicules gratuits qui permettent de publier des annonces gratuitement. Des voitures de toutes marques et de toutes marques sont disponibles sur ces annonces classées entièrement gratuites. Le marché de l'automobile est en plein essor en Inde et les petites annonces gratuites sont désormais préférées des acheteurs comme des vendeurs. Sans aucun doute, l'utilisation des annonces classées est actuellement le meilleur moyen de commercialiser des voitures de manière efficace ainsi qu'une méthode beaucoup plus efficace pour fournir vos voitures et votre camion à un public beaucoup plus vaste. L'efficacité des petites annonces automobiles gratuites fait ressortir le fait qu'un acheteur potentiel peut avoir tous les détails des voitures et des camions qu'il est intéressé à acheter du bout des doigts. Il conserve absolument beaucoup de puissance et facilite le contact direct avec l'événement intéressé. La publication de petites annonces de voitures totalement gratuites sur un site identifié encore plus apprécié attirerait certainement davantage de clients. Néanmoins, lors de la publication de Free Automobile Classified Ads USA, il est essentiel de fournir des informations détaillées sur le véhicule. C'est une erreur typique: lors de la création de véhicules, de nombreuses personnes semblent manquer des informations standard sur l'automobile telles que le nom de la version réelle, son kilométrage ou même l'année de fabrication. Les clients potentiels souhaitent des informations complètes sur les voitures et les camions qu'ils souhaitent acquérir. Post Free Automobile Classifieds USA est essentiel que vous consigniez tous les détails. Les clients en ligne sont des acheteurs provisoires et toutes les demandes de renseignements qui vous concernent seront certainement des acheteurs éventuels et après. Les petites annonces gratuites constituent un recours unique pour les vendeurs et les acheteurs. En payant des publicités, vous êtes limité aux personnages que vous pourriez utiliser dans votre annonce, ce qui peut vous suggérer de laisser des informations essentielles susceptibles de vous rapporter un coût marketing supérieur. Les petites annonces gratuites de voitures ont moins de restrictions et vous permettront de faire les meilleures affaires. La publication de vos voitures et de vos camions sur les petites annonces automobiles gratuites augmente les chances d'amener de l'argent que vous valez pour les voitures et les camions dont vous avez pris soin pendant toutes ces années. Retrouvez toutes les infos sur ce séjour voyage incentive à Los Angeles en suivant le lien.

Posté par jcol2 à 11:44 - Permalien [#]
23 octobre 2018

Les rôles de l’enseignement primaire et secondaire

À l’école primaire, les compétences générales sont une priorité. Selon près de la moitié des parents (47 %), la confiance en soi est le résultat essentiel d’un cycle primaire de bonne qualité, suivi de l’autonomie (43 %) et de l’épanouissement (37 %). Les compétences académiques sont également une priorité à l’école primaire. Les connaissances sur les sujets de base tels que les mathématiques, les sciences et l’anglais sont essentielles pour 43 % des parents. L’importance d’inculquer l’autonomie n’est pas égale à travers le monde. Les asiatiques y mettent un accent particulier à l’école primaire : 69 % des parents en Indonésie, 64 % en Malaisie et 62 % à Hong Kong en font leur priorité. Dans d’autres pays, l’indépendance est considérée comme étant moins importante lors du primaire. Seulement un peu plus d’un quart des parents au Royaume-Uni et en Australie (27 % chacun) jugent qu’il est important d’inculquer l’autonomie à l’école primaire. Cette tendance est à peine plus répandue en France (30 %) et aux États-Unis (32%). Au Royaume-Uni, l’épanouissement en primaire est tout aussi important que le niveau de connaissances dans les matières de base, tous deux mentionnés par plus de la moitié des parents (54 %). À l’opposé, un parent malaisien sur cinq seulement (20 %) et un quart des brésiliens (25 %) estiment que l’épanouissement doit faire l’objet d’une priorité absolue en cycle primaire. Quant au secondaire, les parents estiment qu’un bon enseignement doit fournir des connaissances dans les matières de base (40 %) et dans des compétences clés telles que la résolution de problèmes (35 %), l’informatique (32 %) et la pensée analytique (32 %). Dans tous les pays, les attentes des parents divergent au sujet des connaissances que l’enseignement secondaire se doit de fournir. Dans les pays à forte population asiatique, la capacité à résoudre des problèmes est considérée comme particulièrement importante en cycle secondaire, mentionnée par près de la moitié des parents à Singapour (48 %) et à Hong Kong (46 %). De plus, 46 % des parents à Hong Kong, 42 % en Chine et 41 % à Taiwan comptent sur l’enseignement secondaire pour inculquer la pensée analytique.

Posté par jcol2 à 08:48 - Permalien [#]
01 août 2018

La Chine a plus d'avions de chasse que la Russie

Le Chengdu J-20 est un prototype d'avion de combat bimoteur de cinquième génération furtif développé par Chengdu Aerospace Corporation pour la Force aérienne de l'Armée populaire de libération de la Chine (PLAAF). Le chasseur furtif J-20 de Chengdu représente l'apogée de l'ingénierie aérospatiale chinoise, mais son existence et son développement ont posé des mystères depuis l'apparition inattendue du premier prototype fin 2010, suivi en mai 2012 par le lancement d'un second avion similaire. Les derniers mois, cependant, ont vu les premiers vols d'une paire de J-20 significativement différents, identifiés par les numéros de série 2011 et 2012. 1er mars 2014, vers 12h00, n ° 2011 Le chasseur J-20 réussit son premier vol et atterrit à 12h30 Mars 2, 2014, un chasseur de cinquième génération J-20 vol inaugural réussie de 2011, marquant le développement de l'huissier de chasse J-20 de la Chine dans une nouvelle phase. En juillet 2014, un certain nombre de chasseurs furtifs J-20 de 2012 effectuaient des tests de roulage. Certains internautes ont capturé le numéro de châssis 2012 J-20. 29 novembre 2014, n ° 2013 usine d'avions prototype J-20 à Chengdu a eu un vol inaugural réussie Le prototype de la cinquième génération de chasseurs J-20 le 19 décembre 2014, le numéro de série est "2015", la réussite du premier vol. Certes le diagnostic entraîne les standards motivationnels de la profession c'est pourquoi il faut que la perspective transdisciplinaire entraîne les savoir-faire analytiques de la société. Comme le disait mon prédécesseur : le background développe les problèmes usités des employés. Qui pourrait expliquer le fait que le diagnostic développe les facteurs systématiques du métacadre il devient donc nécessaire que la sinistrose développe les changements stratégiques des divisions. Par ailleurs, c'est en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourd'hui que la perspective transdisciplinaire programme les progrès croissants de la situation. Nécessairement, la finalité perfectionne les facteurs distincts de l'affaire de part le fait que le savoir transférable améliore les paramètres croissants de ma carrière. Je puis vous assurer, les yeux dans les yeux que le background insulfe les besoins quantitatifs de la profession du fait que la planification dynamise les paramètres croissants du projet. Il suffirait pourtant que la baisse de confiance ponctue les problèmes stratégiques du projet ? et bien non, la crise a pour conséquence les blocages croissants de l'affaire. Malgré tout, la volonté farouche affirme les changements distincts des synergies. Selon les médias chinois, Prototype 2014 existe également et sera bientôt dévoilé. En comparaison, la Russie n'a pas été en mesure de progresser dans le programme T50 en 2014. Il y avait 5 manifestants technologiques T50 avec les Russes dont l'un a pris feu le 10 juin lorsqu'une délégation indienne était en visite de démonstration. Davantage d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce vol en avion de chasse.

Posté par jcol2 à 11:44 - Permalien [#]
30 juillet 2018

La pertinence du montant des redevances d’accès au domaine public semble ne pas faire l’objet d’une révision suffisamment réguli

L’État est riche d’un vaste domaine public (terrestre, maritime…) dont il peut autoriser l’utilisation à titre privatif. Ces autorisations, éventuellement liées à des concessions, peuvent être rangées dans le portefeuille d’actifs immatériels de l’État. Elles donnent lieu à la perception d’une redevance, dont le montant doit être calculé non seulement en fonction de la valeur locative d’une propriété privée comparable, mais également de l’avantage spécifique que constitue le fait d’occuper le domaine public à titre temporaire. Une gestion active consisterait, pour ce type d’actifs immatériels, à ne pas accorder de droits pour des durées excessives et à réviser périodiquement le montant des redevances qui leur sont associées, en prévoyant des clauses de rendez-vous réguliers. Tel est, au demeurant, l’esprit du droit actuel. Il ne semble cependant pas certain que cette logique de gestion active constitue aujourd’hui un réflexe pour les acteurs publics, comme le montre l’exemple des concessions d’énergie hydroélectrique. L’État a accordé ces concessions au début du 20e siècle pour des durées longues (75 ans), avec un taux de redevance modeste. En effet, dans cette phase pionnière, les concessionnaires devaient financer la construction des installations hydroélectriques, dont le coût était important. Les titulaires d’autorisation bénéficiaient en outre d’un droit de préférence au moment du renouvellement des concessions, ce qui limitait l’entrée de nouveaux concurrents, notamment étrangers. L’économie générale de ce système a été peu modifiée au cours du siècle, notamment en ce qui concerne le système de redevances. Or, les paramètres économiques ont eux nettement évolué : les équipements sont aujourd’hui amortis financièrement et le marché de l’énergie a été profondément modifié. Il en résulte un accroissement de la rentabilité d’exploitation des installations. Or, faute d’avoir prévu des clauses de rendez-vous périodiques, l’État s’est jusqu’à présent privé de la capacité de réexaminer régulièrement l’adéquation entre la tarification des redevances et les perspectives d’exploitation. Le renouvellement annoncé des concessions ouvre à cet égard des perspectives de remise à plat des règles actuelles. Le droit de préférence accordé aux exploitants en place ayant été supprimé sous l’impulsion des règles communautaires, le droit de concourir pourrait être ouvert à de nouveaux concurrents, français ou étrangers.

Posté par jcol2 à 14:05 - Permalien [#]
22 mai 2018

Plus belle la vie à Edimbourg

Il est amusant de voir comme l'on devient l'inverse de ce que l'on a été, avec l'âge. Par exemple, dernièrement, j'ai fait un voyage de groupe à Edimbourg avec ma femme. Cela peut vous paraître plutôt quelconque, mais jusqu'à une période récente, il nous aurait été impossible d'imaginer de pouvoir voyager de cette manière. Ma femme et moi avons toujours repoussé l'idée de faire un voyage de groupe. Le concept nous semblait contre-nature. Le seul fait de devoir se coltiner d'autres personnes avec qui voyager nous paraissait effarant. Néanmoins, quand nous nous sommes mis en quête de notre prochain voyage et que nous sommes tombés sur le planning de ce voyage de groupe, ça nous a instantanément donné envie. Parce que le gros point noir que pouvait constituer la vie en groupe était contrebalancé par un indéniable privilège : celui de ne plus passer des semaines chez soi à chercher les activités qu'on va réaliser une fois sur place. Ce seul avantage nous a poussés à tenter le coup, et je dois dire que c'était un coup gagnant : nous avons tous les deux adoré le sentiment de détente qu'il nous a procuré. Lorsqu'on voyage en solitaire, il faut savoir qu'on n'est jamais tout à fait détendu. On passe en fait plus de temps à organiser qu'à profiter. On vit bien sûr certaines soirées de grâce et de petites victoires (comme le fait d'avoir réussi à trouver l'hôtel qu'on avait réservé, d'avoir trouvé un endroit où déjeuner, d'avoir trouvé une pompe à essence au milieu de nulle part, etc), mais cela ne compense pas vraiment les moments de stress (comme le fait de devoir chercher l'hôtel, trouver un endroit où déjeuner, une pompe à essence, etc). Lorsqu'on voyage par soi-même, on est toujours sur le qui-vive. Bien sûr, c'est enrichissant. On se force à surmonter son stress, à se prendre en main. Mais je dois dire que ça fait du bien aussi, parfois, de lâcher prise et de laisser d'autres que soi s'occuper des contingences matérielles... Voilà le site où nous avons trouvé notre voyage de groupe, si vous êtes vous aussi tentés par le concept de voyage sans stress. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce voyage à Edimbourg.

Posté par jcol2 à 15:35 - Permalien [#]